EL-KEF

Sites touristiques

Itinéraire facultatif

L’ancien sanctuaire d'Ashtart
Texte de Mohamed Tlili
 

Les structures de ce dernier sont camouflées par l’actuel cimetière, autrefois celui des Qdadsha. Il n’en reste en réalité que des murs massifs arasés trahissant une importante structure monumentale. Les travaux d’aménagement des remparts d’Ali Basha en 1740 ont dû être fatals pour le monument. C’est au pied de ces vestiges qu’on avait trouvé, outre un énorme chapiteau ionique, l’inscription qui mentionne le temple de Vénus et de ses "Venerii ". Ces vestiges étaient identifiés sous le nom de la maison des croix. C’est P.J. Mesnage qui, sur la foi des descriptions de Gauckler, semble ranger parmi les vestiges chrétiens les ruines d’une construction romaine, au-dessus des grandes citernes. Il nous semble qu’il s’agit plutôt des pavements en mosaïques des salles annexes de l’ancien temple de Vénus, même si le motif de la croix de St. André y figure, motif qu’on trouve, par ailleurs, à Madaure dans des édifices païens. La représentation des vestigia, propres aux temples païens et des mosaïques recouvrant diverses sépultures païennes, enfin le plan d’ensemble du monument, sont là autant d’indices qui excluent apparemment une quelconque origine chrétienne des lieux. Il n’est pas exclu, toutefois, que ce monument, symbole de la toute-puissante poliade païenne de la Cité et de la région, aurait pu être converti en un lieu de culte chrétien, probablement un monastère pour femmes ?. On doit noter, toutefois, que c’est entre les vestiges de cet important monument et ceux de la basilique de Qsar el Ghoula qu’on situe la fameuse " Knissa " et son miroir magique .